musique

  • Albums

Frontières (2010)

  • 01.
    Ma pomme
    pas d'extrait
    Lire les paroles
    Le sang des villes, l’adrénaline coule dans ses veines
    Imprévisible, mon autre vie, mon oxygène
    No limit, tout est possible, tout est permis
    Ainsi soit-il dans cet exil, mais tu connais le prix

    Ma pomme, décibels insensés mais si belle à croquer
    Ma pomme, du survitaminé qui me rend fou
    Si belle à croquer

    New York City, mon autre envie, mon autre reine
    Ses insomnies laissent la nuit aux chants des sirènes
    Au niveau zéro, les tours infidèles se relèvent déjà
    Les rues se donnent et se transforment au rythme de mes pas

    Ma pomme, décibels insensés mais si belle à croquer
    Ma pomme, du survitaminé qui me rend fou
    Ma pomme, ma pomme, décibels insensés mais si belle à croquer
    Ma pomme, ma pomme un mélange agité qui me rend fou
    Si belle à croquer, ma pomme

    Ni Douala, ni Paris, mais là-bas je suis chez moi aussi

    Ma pomme, ma pomme, décibels insensés mais si belle à croquer
    Ma pomme, ma pomme, du survitaminé qui me rend fou
    Ma pomme, ma pomme, un fruit toujours pressé qui sait me faire craquer
    Ma pomme, ma pomme un mélange agité qui me rend fou

    (L.Ison - M.Albert - J Vénéruso / L.Ison - M.Albert - J Vénéruso)
    Editions : D.R / Musicalement Vôtre / Etoudi Editions
  • 02.
    No One's Land
    pas d'extrait
    Lire les paroles
    C’est quoi ton idée ?
    Fais voir ton passeport, ton visa
    D’où tu viens ? Où t’es né ?
    Ici tu vois, y a des lois
    Tu peux ni entrer ni rester
    Tes papiers… c’est pas assez…
    … Pour passer

    Pourtant aux premiers jours
    On marchait droit sans détour
    C’était chez nous tout autour
    Dans le « no one’s land »
    Pourtant aux premiers jours
    Y’avait pas de demi-tour
    Mais on avait le coeur moins lourd
    Dans le « no one’s land »

    Qui a dit « je m’arrête là
    Je suis arrivé
    Ce coin de terre c’est à moi »
    Qui était le premier ?
    «Ce blé, la rivière et ces bois
    Je ne sais pas qui les a faits
    Mais le fil c’est moi qui l’ai pensé…
    … Barbelés »

    Pourtant aux premiers jours
    On marchait droit sans détour
    C’était chez nous tout autour
    Dans le « no one’s land »
    Pourtant aux premiers jours
    Y avait pas de demi-tour
    Mais on avait le coeur moins lourd
    Dans le « no one’s land »

    Le même sang ne faisait qu’un tour
    Sur lui-même chaque jour
    Dans le « no one’s land »

    Pourtant aux premiers jours
    On marchait droit sans détour
    C’était chez nous tout autour
    Dans le « no one’s land »
    Pourtant depuis toujours
    On marchait fiers et sans recours
    C’était chez nous tout autour
    Dans le « no one’s land »
    Pourtant aux premiers jours
    Contre les dangers alentour
    On se donnait un peu d’amour
    Dans le « no one’s land »

    « No one, no one’s land, No one, no one’s land »
    « No one, no one’s land, No one, no one’s land »
    « No one, no one’s land, No one, no one’s land »
    « No one, no one’s land, No one, no one’s land »

    (Gildas Arzel / Gildas Arzel)
    Editions: Kevin Organisation / Etoudi Editions
  • 03.
    Angela
    pas d'extrait
    Lire les paroles
    1968 l’Amérique est figée
    Un ange proteste, les écrous sont rouillés
    I’m black and I’m proud le souffle des ghettos
    Les gants noirs se lèvent un soir à Mexico

    Le rêve martyrisé de Martin Luther King
    Une enfant nue brûlée, Bobby qu’on assassine
    Panthère noire traquée leçon d’intolérance
    Cette femme est coupable, coupable d’espérance.

    Oh Angela, Angela my home is your home
    Oh Angela, Angela you know you never walk alone

    En Novembre 2008 un soir à Chicago
    Les Etats qui s’unissent et changent de peau
    Si le monde s’incline et nous parle de chance
    Ce soir Angela c’est à toi que je pense.

    Oh Angela, Angela my home is your home
    Oh Angela, Angela you know you never walk alone

    Angela my sister, Angela my sister, my home is your home
    Angela my sister, Angela my sister, ton nom dans nos vies résonne

    Oh Angela, Angela my home is your home
    Oh Angela, Angela, ton nom dans nos vies résonne

    Oh Angela, Angela my home is your home
    Oh Angela, Angela you know you never walk alone

    (M. Albert / M. Albert)
    Editions: DR / Etoudi Editions
  • 04.
    Marcher sur le fil
    pas d'extrait
    Lire les paroles
    Cinquante-quatre, c'est l'hiver
    Une voix, un béret ils sont à Pierre
    Un mec, son histoire qui ouvre ses ailes
    Vingt ans que ça dure, une idée de Michel

    Une personne peut tout changer

    Ce jour il n' le verrait jamais
    Il avait un rêve maintenant c’est le King Day
    Y’a pas de lion apprivoisé
    Apartheid, Prix Nobel de la Paix

    Marcher sur le fil
    Ne pas rester les bras croisés
    Faut pas qu’on se défile
    C’est la cause à effet
    Marcher sur le fil
    Rien à perdre à essayer
    Alors ainsi soit-il
    Une personne peut tout changer

    Se lever plus qu'un droit
    C'est au moins gagner une fois
    Y’aura toujours des douleurs et des coups
    Petits pas sur la lune, et grands combats pour nous

    Marcher sur le fil
    Ne pas rester les bras croisés
    Faut pas qu’on se défile
    C’est la cause à effet
    Marcher sur le fil
    Rien à perdre à essayer
    Alors ainsi soit-il
    Une personne peut tout changer

    Marcher sur le fil
    Rien à perdre à essayer
    Alors ainsi soit-il

    Marcher sur le fil
    Ne pas rester les bras croisés
    Faut pas qu’on se défile
    C’est la cause à effet
    Marcher sur le fil
    Rien à perdre à essayer
    Alors ainsi soit-il
    Une personne peut tout changer

    Une personne peut tout changer
    Marcher sur le fil

    (Cyril Tarquiny / Christophe Battaglia)
    Editions : D.R. / Etoudi Editions
  • 05.
    On veut plus jouer
  • 06.
    Hello
    pas d'extrait
    Lire les paroles
    (En duo avec Asa)

    Il y a tant de barrières entre nos vies
    De destins en sens interdit
    Nous on vit sans frontière, à contretemps
    Et nos rêves sont nos liens du sang

    Times are changing
    Dreams are changing
    But our faith keeps going on, going on…

    Hello, oh Hello
    Si tu viens jusqu’ici, bienvenu dans ma vie
    Hello, oh Hello
    Si tu vis loin de moi, rendez-vous
    Où tu voudras

    Il y a tant de lumières qu’on ne voit pas
    De regards qu’on ne croise pas
    Nous on vit sans repères mais jamais perdus
    Voyageurs de terre inconnue

    Keep on dreaming
    Keep on living
    And the world is going on, going on…

    Hello, oh Hello
    Si tu viens jusqu’ici, bienvenu dans ma vie
    Hello, oh Hello
    Si tu vis loin de moi, rendez-vous
    Où tu voudras

    Times are changing
    Dreams are changing
    But our faith is going on, going on…

    Hello, oh Hello
    Si tu viens jusqu’ici, bienvenu dans ma vie
    Hello, oh Hello
    Tu peux me faire confiance
    Te connaître est une chance
    Hello, oh Hello
    I’ll give you all my dreams
    Any time that you’ll need
    Hello, oh Hello
    Si tu vis loin de moi, rendez-vous
    Où tu voudras
    Où tu voudras

    (Jacques Vénéruso / Jacques Vénéruso)
    Editions: Musicalement Vôtre / Etoudi Editions
  • 07.
    Ca me regarde
    pas d'extrait
    Lire les paroles
    Est-ce que je peux fermer les paupières
    Toute une vie jusqu’au cimetière
    Est-ce que je peux ouvrir ma porte
    Uniquement pour que je sorte

    Est-ce que je peux compter sur moi-même
    Sans compter ceux qui portent leurs peines
    Les regarder sans même les voir
    Et me regarder dans un miroir

    Ça me regarde
    Ça me regarde
    Ça me regarde moi
    Ça me regarde moi
    Ça te regarde
    Ça me regarde
    Ça te regarde toi
    Ça me regarde moi
    Ça nous regarde tous
    Ça nous éclabousse
    Les intelligents
    Les petites gens
    Les faibles et les grands
    Les jaunes et les blancs
    Les noirs et les rouges
    Et tout ce qui bouge !

    Est-ce que je peux faire semblant de croire
    Qu’il ne pleut jamais sur mon trottoir
    Pourrais-je dire que j’ai oublié
    Quand ma dernière heure aura sonné

    Est-ce que le bonheur est aussi complet
    Si seuls les miens peuvent en profiter
    Est-ce que le chant des Hommes au secours
    N’est pas la plus belle chanson d’amour

    Ça me regarde
    Ça me regarde
    Ça me regarde moi
    Ça me regarde moi
    Ça te regarde
    Ça me regarde
    Ça te regarde toi
    Ça me regarde moi
    Ça nous regarde tous
    Ça nous éclabousse
    Les intelligents
    Les petites gens
    Les faibles et les grands
    Les jaunes et les blancs
    Les noirs et les rouges
    Et tout ce qui bouge !

    Ça me regarde…

    Ça nous regarde tous
    Ça me regarde
    Ça nous éclabousse
    Ça me regarde moi
    Les intelligents
    Ca me regarde
    Les petites gens
    Ça me regarde moi
    Les faibles et les grands
    Ça me regarde
    Les jaunes et les blancs
    Ça me regarde moi
    Les noirs et les rouges
    Ça me regarde
    Et tout ce qui bouge !

    (érick Benzi/ érick Benzi)
    Editions: Erk Music / Etoudi Editions
  • 08.
    La Seniorita
  • 09.
    Se jeter à l'eau
  • 10.
    Frontières
    pas d'extrait
    Lire les paroles
    Je vous parle d’un monde qui n’existe pas
    Un monde où les frontières ne diviseraient pas
    La moindre différence comme ultime richesse
    Sans barrière sans bannière, inutiles forteresses

    Partager le même soleil
    S’éveiller sous le même arc-en-ciel
    Espérer la même lumière
    Redessiner d’autres frontières

    Je vous parle d’un monde qu’il nous faudra construire
    Que tant d’hommes avant nous ont rêvé de bâtir
    Infantile utopie ou combat d’une vie
    Les ténèbres ou l’amour, c’est à nous de choisir

    Partager le même soleil
    S’éveiller sous le même arc-en-ciel
    Espérer la même lumière
    Redessiner d’autres frontières

    Où sont les différences dans le cœur des enfants
    De là-bas ou d’ailleurs d’hier ou maintenant
    L’autre est de mon rang de mon sang, c’est un frère
    Il n’y a vu du ciel aucune ligne sur la Terre

    Partager le même soleil
    S’éveiller sous le même arc-en-ciel
    Espérer la même lumière
    Redessiner d’autres frontières

    Je vous parle d’un monde qui n’existe pas
    Un monde où les frontières ne diviseraient pas
    Infantile utopie ou combat d’une vie
    Redessiner d’autres frontières

    (M. Albert / M. Albert)
    Editions: D.R. / Etoudi Editions
  • 11.
    Dans le Rio Grande
  • 12.
    Gaza danse
  • 13.
    Il est tard maintenant
  • 14.
    Saigne l'eau
écouter

Acheter / Télécharger

Share Button